Gérer son budget

15/2/2016

Lorsque les fourmis se mettent à chanter et les cigales à épargner…
 

 

Texte et dessins de Mathilde de Robien,

conseillère en patrimoine financier chez BNP Paribas.

 

Vous vous demandez comment font les autres pour mettre de l’argent de côté tous les mois ? Votre compte affiche un malheureux solde de +7.56 € alors que vous venez d’être payée ? Vous avez enregistré sur votre portable le numéro de votre conseiller pour ne surtout pas lui répondre s’il appelle, car vous savez que vous frisez les limites de son indulgence ? Alors vous êtes de profil cigale. Voici quelques ingrédients afin de mieux gérer votre budget : un zeste de rigueur, et un soupçon d’attention, tout en
conservant des dépenses 100 % plaisir.

 

Naît-on cigale ou fourmi ?
 

On connaît (presque) par coeur la fable de La Fontaine « La Cigale et la Fourmi »,
on sait ce qui oppose ces deux insectes, la folle dépensière et la besogneuse épargnante, et on croit se reconnaître dans l’une ou l’autre… Forcément ! On nous rabâche depuis toute petite : « Toi alors ! Tu ne penses qu’à t’amuser ! Une vraie cigale ! » Ou bien : « Tu fais des réserves ? Une véritable petite fourmi ! ».


Naît-on cigale ? Est-ce une tare ? Est-ce irréversible ? Une cigale peut-elle devenir fourmi ? Autant de questions que se posent tant de malheureuses petites cigales qui en ont marre de se faire claquer la porte au nez par ces fourmis parfaites ou par leur banquier intransigeant. Mais pourquoi nous étiqueter de la sorte ? N’est-il pas possible d’être cigale ET fourmi ? De chanter et danser toute l’année, tout en mettant de côté « quelques grains pour subsister jusqu’à la saison nouvelle » ? Je vais vous prouver que si.

 

Vous allez me dire : « Facile, si j’avais le salaire d’un PDG d’une entreprise du CAC 40, je ne serais jamais à découvert et je mettrais de côté tous les mois ». Eh bien non ! Ce n’est pas une question de revenus mais de maîtrise de soi, et de son budget. Le PDG sera dans le rouge s’il ne suit pas ses comptes ou s’il vit au-dessus de ses moyens. Et l’ouvrier qui ne travaille qu’à mi-temps parce qu’il n’y a pas de boulot en ce moment, ne sera pas nécessairement à découvert, bien que sa charge de loyer subsiste. Alors comment dépenser, et se faire plaisir, tout en épargnant régulièrement ?

 

Le zeste de rigueur : connaître son budget

 

Si l’on doit apprendre à maîtriser son budget, encore faut-il que ce budget existe. D’où la première règle : connaître précisément ce qui alimente votre compte, et ce qui en sort. Ce qui l’alimente est facilement repérable. En revanche, ce qui en sort est plus complexe. Identifiez deux types de dépenses mensuelles : d’une part, les dépenses fixes, incompressibles : loyers ou mensualités de crédit, impôts, assurances, factures eau, gaz, électricité, Internet, école ou crèche, etc. D’autre part, les dépenses courantes, variables et compressibles : alimentation, habillement, loisirs, soins, SNCF, etc. Faites une moyenne de ces dépenses sur les 3 derniers mois pour obtenir un chiffre fiable.

 

Soustrayez le total des dépenses à vos revenus mensuels. Cela vous donne votre budget mensuel disponible. À vous ensuite de ventiler ce disponible entre l’effort d’épargne et les dépenses « 100 % plaisir ». Pour vous situer, les Français épargnent en moyenne 15% de leur salaire (Source Insee 2015). Si possible, épargnez dans deux enveloppes différentes : l’une à court terme et disponible immédiatement (livret A, livret de développement durable) et l’autre à moyen-long terme, moins disponible mais mieux rémunérée (PEL, assurance-vie).

 

Vous savez donc maintenant exactement quel est votre budget « 100% plaisir». Et ça, c’est source de sérénité et de liberté, pour notre nouvel insecte hybride cigale-fourmi ! Les ex-cigales auront désormais délimité le champ des coups de coeur, et cette limite, si elle est calculée et perçue clairement, deviendra un frein psychologique aux achats compulsifs. L’exercice est valable également pour les profils fourmis, qui n’osent pas dépenser par peur de trop dépenser et de finir dans le rouge, ou pire, dans la rue. Avec la définition précise du budget « 100% plaisir », celles-ci peuvent dépenser sans culpabiliser puisque tout est sous contrôle. Vous avez même mis de côté pour les études de vos enfants et votre retraite !

 

Le soupçon d’attention : se tenir au budget

 

Vous avez fait de savants calculs pour définir votre budget « 100% plaisir ». Bravo ! Le tout, maintenant, est de s’y tenir, mois après mois… Comment ?

 

Suivre ses comptes. Avec les nouveaux moyens de communication, c’est rapide et facile de jeter un coup d’oeil sur son compte. Au minimum une fois par semaine, regardez votre compte en ligne ou, plus rapide encore, via l’application de votre banque, et en un clic, vous savez où vous en êtes.

 

Gérer en couple. Si vous êtes en couple, il est nécessaire de déterminer ensemble les postes importants du budget (Combien met-on de côté ? Quel loyer peut-on assumer ? Quel est notre budget « 100% plaisir » ?) afin que la gestion soit respectueuse des tempéraments et des modes de fonctionnement de chacun. Sans quoi la question de l’argent sera source de tensions au sein du couple.

 

Être lucide. Affinez votre budget par rapport à votre mode de fonctionnement. Vous êtes décidément 100% fourmi et ne dépensez pas votre budget « 100% plaisir» ? Épargnez-le ! Vous vous rendez compte que vous fonctionnez uniquement par coups de coeur et le budget « 100% plaisir » est trop petit ? OK. Alors revoyez votre budget, mais pas au détriment de son équilibre ! Afin de grossir ce poste, diminuer d’autant une dépense compressible. •

 

Article paru dans Zélie n°6 (Février 2016)

Please reload

Derniers articles
Please reload

  • Facebook
  • Instagram
  • Podcast Soundcloud

© 2015-2019 By Magazine Zélie