Trois heures pour l'éternité




Le petit Joseph n’est pas un ange, mais bien un saint qui veille depuis le Ciel sur ses parents et ses deux frères. Sa maman, Claire-Marie, nous retrace son court mais lumineux passage sur la terre le 5 mai 2021. Entre douleur et joie, un témoignage bouleversant et plein d’espérance.



« Mon tout petit chéri,


Tu avais déjà 5 mois, en janvier dernier. Tu as entendu, comme nous deux, la sentence qui allait raccourcir ta vie, lors de ma deuxième échographie. Ce sont tes reins qui ne fonctionnaient plus, mon bébé. Peut-être ne savais-tu pas, comme moi, que les reins ont une fonction indispensable in utero qui est de renouveler le liquide amniotique pour permettre de développer tes poumons.


Tu as dû te demander ce que tu avais fait de mal, pourquoi Maman qui était tellement insouciante, passait d’examens en examens pour à chaque fois revenir plus triste que la fois d’avant.


Tu auras entendu avec effroi, la phrase maladroite d’une pédiatre, ne comprenant pas que nous voulions te permettre de continuer ta vie au creux de moi, au milieu de nous. « C’est comme si vous étiez enfermée dans une boîte pendant 9 mois ». A ce moment-là, en entendant mes pleurs incessants tu as dû avoir envie de me crier : « Mais non chère Maman, je suis le fruit de tes entrailles, où serais-je mieux qu’ici ? Garde-moi un peu, garde-moi auprès de toi ».


Et nous t’avons écouté, mon chéri. T’avoir vivant en moi n’a pas retenu les larmes, sachant que chaque jour était un jour de plus vers notre rencontre tant attendue, mais aussi vers nos adieux.


Quelle joie tu as dû ressentir, quand nous t’avons fait « vivre » auprès de tes chers grands frères, nos familles et nos amis, si attentionnés envers nous.


Etais-tu fier de t’appeler Joseph en cette année en l’honneur de ton saint patron ? Aimais-tu l’entendre de la bouche de tes frères qui, avec leurs inquiétudes d’enfants, souhaitaient plus que tout te rencontrer.


Comment as-tu vécu ces mois où nous préparions en même temps ton arrivée sur la Terre et ton entrée au Ciel ? Nous remerciais-tu de penser à ton baptême, à ta messe d’enciellement, à ton inhumation ? Avais-tu peur ? Peut-être te disais-tu que c’était le lot de tous, de passer sa vie à préparer son Ciel ?


Et puis tu es né mon Joseph, le jour où tu l’as décidé, alors que nous étions déjà sur le qui-vive depuis 1 mois, avec la seule peur de ne pas te connaître vivant et de ne pas réussir à te baptiser à temps. Ce 5 mai 2021, tu as bouleversé nos vies. Toi, avec tes 3 kilos 8, tes mains de charpentier comme ton saint Patron, tes miaulements, tes yeux bruns en amande, tes petites bulles au coin de la bouche et tes poumons qui finalement t’ont permis de respirer plus de 3 heures.


En un cri, tu as fait de la chambre dans laquelle on venait de te donner vie, un tabernacle. Baptisé par ton papa, confirmé et ayant reçu la communion par notre cher abbé, te voilà Saint et apôtre. Nous avons reçu la communion à la même hostie que toi, après avoir été l’un et l’autre confessés juste avant notre rencontre.


Tu as rencontré tes frères et nous a permis de vivre l’espace de 30 minutes une vie joyeuse d’une famille de 3 enfants. Quand ils sont partis, tu t’es peu à peu éteint mon chéri, ton passage sur terre était suffisamment fécond, il fallait maintenant que tu retournes à ton Créateur. Lors de ton agonie, je te confiais tous nos amis en espérance d'enfant, tes frères, notre couple, nos familles. Je te remerciais, murmurais tout mon amour à travers mes larmes, te couvrais de baisers, vite en profiter avant de te quitter pour toujours et d’avoir le cœur déchiré.


Merci, mon chéri, pour la fécondité de ta Vie et de ta Mort. Tu le sais, jamais je n’aurais imaginé le vide que tu allais laisser dans nos vies, dans nos cœurs, dans mon corps, dans mes bras.


Remplis-le toujours de ta lumière, mon chéri, comme tu n’as cessé de le faire. Et comme nous le disons chaque soir avec tes frères à la prière depuis ce 11 mai où nous avons fermé ton cercueil et imprimé ton visage pour toujours, "Veille sur nous, protège-nous et conduis-nous jusqu’au Ciel auprès de Toi" ». Témoignage recueilli par S. P.


Lire le reste de Zélie n°68 - Décembre 2021


Crédit images : © Collection particulière - © Claire Gaudete - @claire_voyer


Derniers articles