La joie en famille

13/4/2016

 

Alors que le temps pascal bat son plein, Caroline Gourlet, auteur de Esprit de famille : 30 vertus pour mieux vivre ensemble aux éditions Transmettre, décline toutes les nuances de la joie en famille.

 

La joie pour l’autre 

 

Comme il est agréable de se saluer le matin avec le sourire,  de se souhaiter une bonne journée, ou le soir de demander : tout s’est bien passé aujourd’hui ? On se réjouit des belles choses que chacun a vécues, tout  en espérant que les moins bonnes s’arrangeront au plus vite. Ces petites habitudes donnent à la maison une ambiance sereine, agréable et joyeuse. 


La maman a souvent ce talent d’apaiser, d’harmoniser et d’égayer : ce climat permettra d’oublier la mauvaise note, la réunion qui s’est mal passée, la pluie qui n’a cessé de tomber…

 

La joie de l’autre

 

Se réjouir de la joie de l’autre rend joyeux ! Et pourtant, bien des fois, cela nous rend envieux, jaloux ou même aigris que l’autre puisse être plus heureux que nous !

 

Contentons-nous de nos joies simples en nous réjouissant de celles des autres à la maison, à l’école, au bureau et partout où nous allons. La joie est contagieuse et peut transformer notre environnement. Elle est une façon de transmettre notre amour de Dieu et du prochain !

 

La joie d’être ensemble 

 

Créer, chanter, marcher, jouer, bricoler… à chacun de compléter cette liste en fonction de son lieu de vie et de ses talents. En étant ensemble, on crée cette joie d’avoir une action commune. Ce sont des souvenirs merveilleux et inoubliables qui  transforment nos maisons en éclats de rire et en cris de joie. Ils aident énormément à construire un bon caractère. Nous veillerons, parents et enfants, à ne pas être trop souvent devant nos ordinateurs : chacun dans son coin sur son écran, est-ce vraiment joyeux pour la famille ?

 

Éviter de bouder

 

A mon avis, l’un des ennemis les plus farouches de la joie est la bouderie. Ce qui semble être un réflexe tentant pour réagir à une attitude vexante, à une parole blessante, à un évènement énervant, devient un état dont il est compliqué d’échapper sans dégâts : on se mure dans un silence et une attitude totalement fermés. Qu’il est difficile d’en sortir ! Cela peut parfois même prendre plusieurs jours au prix d’une ambiance pesante aussi bien pour soi que pour la famille tout entière. Une seule solution : à la maison, on ne boude pas !

 

Éviter de parler de nos soucis d’adultes devant nos jeunes enfants 

 

Il n’est pas souhaitable d’exprimer devant eux s’ils existent nos ennuis d’argent, nos disputes familiales, nos difficultés dans notre couple ou dans le travail ou même nos reproches vis-à-vis de l’un d’entre eux. Que vont-ils s’imaginer  alors qu’ils n’ont ni la maturité ni le recul nécessaires pour tout comprendre ? Il y a de quoi les rendre inquiets et tristes.
 
La joie vient de notre foi vécue au quotidien. C’est principalement grâce à notre union et notre espérance en Dieu que nous commencerons à connaître cette joie qui ne sera parfaite qu’à l’éternité. • Caroline Gourlet

 

 

Article paru dans Zélie n°8 (Avril 2016) - Crédit photo Tappancs/Pixabay.com cc

Please reload

Derniers articles
Please reload

  • Facebook
  • Instagram
  • Podcast Soundcloud

© 2015-2019 By Magazine Zélie