10 conseils pour faire durer son couple




Selon John et Stasi Eldredge, conseillers conjugaux américains (photo), il n’est pas étonnant qu’un mariage sur deux se solde par une séparation. Deux personnes si différentes, marquées par les blessures et le péché, vivent dans le mariage un véritable défi et même un combat. Dans leur livre Love & war (Mame), Stasi et John expliquent, par des conseils pour la plupart pertinents, ce qu’ils ont appris de leurs erreurs en vingt-cinq ans de mariage – ils ont frôlé deux fois le divorce. Florilège.



1. Soignez vos blessures. John et Stasi résument ainsi leur situation au moment de se marier : « Une femme blessée, persuadée d’être décevante, épouse un homme (...) ; sa peur de n’être jamais vraiment aimée rencontre la détermination de son mari à n’avoir jamais besoin de quiconque. (…) Un homme souffrant de blessures profondes liées à l’addiction de son père rencontre une femme dont l’addiction profonde la poussera à s’éloigner de lui. » Un suivi psychothérapeutique personnel leur a été extrêmement bénéfique, pour eux-mêmes, leur couple, et leurs trois enfants.


2. N’attendez pas tout de votre conjoint. « Nous sommes tous des enfants de la Chute », affirment John et Stasi, soulignant combien nous avons tous un désir profond que rien ne peut assouvir, et que notre conjoint ne peut pas combler. Si le mariage contribue à notre bonheur, il ne faut pas placer en lui des attentes démesurées et un désir d’infini proportionné à Dieu.


3. Ne vivez pas des vies séparées. Le travail, les enfants, les engagements, les tâches domestiques, les vacances... et le couple arrive souvent en dernier. Prendre des temps pour discuter, pour jouer, est très important : une soirée par semaine, par exemple. Parlez avec votre conjoint de vos rythmes de vie.


4. Ayez des amitiés personnelles. Pour certains, cette réalité sera évidente, mais d’autres auront tendance à demander à leur conjoint de combler leur désir de longues conversations ou de sorties. Les amitiés en dehors du couple sont précieuses, notamment pour retrouver d’autres personnes avec qui partager des sujets spécifiques à notre féminité ou notre masculinité.


5. N’oubliez pas que le diable veut détruire votre mariage. Dieu a créé l’homme et la femme à l’image de son amour ; mais dès le jardin d’Eden, Satan s’est interposé pour abîmer cette belle relation. Aussi le diable (oui, il existe, Jésus lui-même en parle et lui parle) peut-il, en tant que « père du mensonge » (Jean 8, 44), distiller des interprétations généralisantes : « Elle ne t’aime pas vraiment », « Il ne changera jamais ». Fiez-vous plutôt à l’Esprit-Saint.


6. Trouvez une mission commune. Votre principale mission à tous les deux, ce n’est pas d’avoir des enfants – qui ne sont avec vous que pour un temps, si vous êtes parents –, ni d’aménager une belle maison, mais de vivre l’histoire d’amour à laquelle Dieu vous appelle et à témoigner de Lui. Cette aventure dont vous êtes l’héroïne et le héros, vous devez demander à Dieu quelle en est la mission propre à votre couple. D’autant que « partager une passion, une inquiétude, une cause, ça arrime deux cœurs l’un à l’autre avec plus de force que n’importe quoi d’autre ».


7. Écoutez Dieu avant de prendre une décision. Personnellement et à deux, il sera beaucoup plus apaisant de prendre une décision après avoir prié. Et il y a davantage de chances que vous tombiez d’accord après avoir demandé conseil à Dieu.


8. Ne restez pas seuls. Avoir des amis qui vous soutiennent ou participer à un groupe de réflexion conjugale – on peut citer, en France et ailleurs, les Équipes Notre-Dame – est une aide dans le cheminement de couple. Un conseiller conjugal peut bien sûr aussi épauler dans les périodes difficiles.


9. Regardez la poutre et la paille (cf. Mt 7, 4). On ne peut pas forcer son conjoint à changer, mais l’on peut changer soi-même, ce qui améliorera la relation. Cela n’empêche pas de regarder ce qui vous inquiète ou vous agace chez l’autre, et de lui en parler avec délicatesse.


10. Priez pour votre sexualité. Parlez de votre intimité sexuelle avec votre conjoint, pour discuter de la manière dont chacun la vit, et ensuite, priez. « Au début, nous priions séparément ; puis en mûrissant, nous avons atteint le stade où nous pouvions désormais prier ouvertement ensemble à ce sujet, racontent Stasi et John. Cela a a été extraordinaire. » Prier à deux, même si cela suppose de montrer une certaine vulnérabilité, est un ressourcement essentiel pour le couple. Élise Tablé


Lire d'autres articles de Zélie n°57 - Novembre 2020


Crédit photo © Joel Strayer

Derniers articles
  • Facebook
  • Instagram
  • Podcast Soundcloud

© 2015-2020 By Magazine Zélie