Le couple et l'argent




Derrière les conflits de couple liés aux finances, des enjeux affectifs se cachent souvent : les liens que les familles d’origine ont entretenus avec l’argent, la sécurité que celui-ci peut apporter, ou encore le pouvoir qu’il procure… Prendre le temps de parler de ce sujet à deux peut apaiser bien des tensions.



En France, l’argent est plutôt tabou et semble aux antipodes de l’amour romantique. Dans Couple : se comprendre pour mieux s’aimer (Mame), la conseillère conjugale et familiale Bérengère de Charentenay et la journaliste Mathilde de Robien citent ce chiffre : « Selon la sociologue Hélène Belleau, qui a mené une enquête auprès de 3000 couples pour son livre L’Amour et l’Argent, 40 % d’entre eux ne discutent jamais de leur organisation financière ».


Pourtant, comme le soulignent les auteurs, la question de l’argent arrive dès le premier rendez-vous au café : qui va payer l’addition ? En se mariant, on parle également du régime matrimonial : séparation de biens, communauté universelle, communauté réduite aux acquêts, compte joint ou compte séparé... Louer ou acheter un logement, épargner ou encore faire les courses sont autant d’occasion de parler de budget et de dépenses.


Les tensions peuvent s’inviter : il ou elle dépense trop au goût de l’autre, on n’a pas les mêmes priorités budgétaires, il ne m’offre jamais de cadeaux, elle ne souhaite pas que je fasse des extras, il ou elle ne gagne pas assez...


Bien souvent, il faut revenir aux sources : parlait-on peu ou beaucoup d’argent dans sa famille d’origine ? Avait-on honte de ne pas gagner assez ? Ou de gagner trop ? Dans Le savoir-vivre amoureux. Les secrets des couples qui durent (Le Rocher Poche), la thérapeute de couple Caroline Kruse cite le cas de Rachid et Félicia ; Rachid dit qu’il se laisse entraîner par Félicia à des dépenses trop onéreuses pour les enfants : jolis vêtements, ordinateurs, séjours linguistiques, leçons de piano... Il a peur de s’endetter, et cela l’obsède.


En fait, si Félicia veut acheter ce qu’il y a de mieux pour ses enfants, c’est parce vient d’une famille pauvre où l’on avait que des vêtements usés et des jouets un peu cassés que la patronne de sa mère, femme de ménage, leur donnait. Félicia en a conçu un sentiment de honte et de révolte et ne veut surtout pas fait subir cela à ses enfants. Rachid vient d’un milieu assez austère où le plaisir et l’argent étaient suspects ; il souffre aujourd’hui de ne pouvoir assumer ce dont il a envie.


A travers cet exemple, on voit que l’argent peut symboliser les limites dans lesquelles on étouffe et dont on aimerait s’affranchir. Félicia cherche, à travers ses enfants, à réparer ce dont elle a souffert ; Rachid ne voit pas pourquoi il fournirait à sa progéniture ce dont il a été injustement privé à leur âge. La thérapie de couple va leur permettre de travailler sur ces enjeux : Rachid sur la rivalité qu’il vit inconsciemment avec ses enfants et le sentiment d’infériorité qu’il éprouve ; Félicia sur le fait de ne pas placer son mari devant le fait accompli concernant les dépenses mais de l’associer à ces choix.


On voit que la gestion de l’argent symbolise aussi la relation de couple, dans un sens comme dans l’autre ; par exemple, un compte joint peut marquer une étape importante dans la construction du couple, ou ne même pas faire l’objet d’une discussion, dans certains cas, parce que l’on entretient une relation très fusionnelle.


De façon générale, l’argent peut être l’objet d’un contrôle pour calmer ses angoisses, ou au contraire être dépensé pour combler divers manques. S’interroger sur cet usage en couple, dans le calme, peut être une bonne façon de mieux se comprendre mutuellement, et de chercher des solutions plus adéquates pour répondre à ses besoins.


Les finances sont également un enjeu lorsqu’il y a des différences importantes de salaire entre les deux conjoints, comme le souligne Caroline Kruse. « Le pouvoir ne se trouve pas nécessairement que chez celui qui gagne l’argent, mais aussi chez celui qui le gère », affirme-t-elle. Ce qui est important, c’est de ne pas considérer la situation comme immuable : « Il y va du rapport à l’argent comme des autres aspects de la vie du couple : pour que le couple dure, pour qu’il reste vivant, il doit sans cesse reconsidérer les rôles et les fonctions ». La vie de couple n’est-elle pas une danse ? Solange Pinilla



Lire le reste de Zélie n°66 - Octobre 2021


Crédit photo : Heinz Klier/Pexels CC

Mots-clés :

Derniers articles