Quelques réponses à l'infertilité

16/11/2016

Dessin : la NaProTechnologie vue par © Claire S2C - claires2c.wordpress.com 

 

 

La PMA, une fausse bonne réponse

 

Qu’est-ce que la PMA ?

 

La procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) s’adresse aux couples infertiles ou stériles, ou lorsqu’un des membres du couple a une pathologie grave transmissible à l’enfant. 
 

Il existe trois techniques de PMA actuellement légales en France. D’abord, l’insémination artificielle, avec le sperme du conjoint ou d’un donneur anonyme ; la femme suit préalablement un traitement hormonal pour maturer un à deux follicules susceptibles d’être fécondés. La deuxième technique, plus invasive, est la fécondation in vitro (FIV) : les spermatozoïdes sont déposés au contact des ovocytes qui ont été prélevés, puis l’embryon - il peut y en avoir deux ou trois - est transféré dans l’utérus. La majorité des FIV se fait maintenant avec micro-injection (ICSI), c’est-à-dire injection directe du spermatozoïde dans l’ovocyte. 
 

« Quand le nombre d’embryons obtenus est supérieur au nombre d’embryons transférés, les embryons surnuméraires peuvent être congelés en vue d’un transfert ultérieur » affirme l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Le couple peut également décider d’en faire don à la recherche, à un autre couple ou de les détruire.

 

En 2010, 171 000 embryons humains étaient stockés dans des cuves d’azote liquide des Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humain (Cecos). « 17%, soit quelque 30 000 embryons, ne font plus l’objet d’un projet parental » soulignait Dominique Royère, de l’Agence de la biomédecine lors d’une commission à l’Assemblée en 2013. Par ailleurs, près de 10% des embryons ne résistent pas à la décongélation.      

 

Enfin, on propose également aujourd’hui l’ « accueil d’embryon » : l’embryon de donneurs anonymes, issu d’une fécondation in vitro, est transféré dans l’utérus. 
 

Les actes d’AMP sont pris en charge à 100% par la Sécurité sociale, jusqu’aux 43 ans de la femme, pour maximum 6 inséminations artificielles et 4 FIV. 
 

Depuis la naissance en 1982 d’Amandine, premier enfant né d’une fécondation in vitro, plus de 200 000 enfants sont nés par FIV en France. Concernant le taux d’efficacité, pour ce qui est de la fécondation in vitro, les derniers chiffres sur la période 2007-2014 sont les suivants : sur les 130 000 femmes ayant réalisé une première ponction d’ovocytes à partir de 2010, 60% d’entre elles ont accouché dans les cinq ans, avec de fortes disparités liées à l’âge, selon l’Agence de la biomédecine. 

 

Les risques médicaux et humains de la PMA
 

Outre le taux important d’embryons conçus lors d’une FIV qui ne verront jamais le jour, il peut y avoir des effets secondaires et des complications pour la femme. Outre le syndrome d’hyperstimulation ovarienne, qui reste rare, le risque de fausse couche et de prématurité est deux fois plus important en cas de PMA, selon une étude publiée par la revue scientifique Plos One en 2014. 
 

Comme en France on transfère souvent deux voire trois embryons pour augmenter les chances de survie d’au moins un bébé, les grossesses étaient gémellaires pour 19 % d’entre elles en cas de FIV en 2010, selon l’Agence de la biomédecine, ce qui implique les risques de toute grossesse de jumeaux - retard de croissance et prématurité notamment. Dans les cas, rares en France, de grossesses de triplés, on propose souvent la « réduction embryonnaire », c’est-à-dire l’avortement d’un des bébés, ce qui pose de graves questions éthiques, sans compter l’épreuve pour les parents. En 2015, l’Agence de la biomédecine a reçu un total de 491 déclarations de vigilance sanitaire dite « AMP vigilance », avec 366 effets indésirables et 125 incidents. 
 

Par ailleurs, une récente étude de l’université de Bruxelles a montré que les hommes conçus par  micro-injection (ICSI) sont trois fois plus susceptibles d’avoir une concentration de spermatozoïdes inférieure au niveau considéré comme normal par l’Organisation mondiale de la santé : l’étude souligne que le problème d’infertilité est renvoyé à la génération suivante.
 

Concernant les enfants issus de dons de gamètes, ils traversent souvent une crise d’identité, comme en témoigne l’association Procréation Médicalement Anonyme, qui rassemble des adultes issus de la première génération d’enfants issus d’un don de gamètes anonyme, et qui milite pour l’accès aux origines.
 

Enfin la PMA n’est pas sans risque pour le couple. Alors que l’infertilité est déjà douloureuse, les parcours PMA sont « extrêmement éprouvants, physiquement et psychologiquement », racontent Violaine et Matthieu, pour qui le choix de la PMA n’a pas été concluant. Bien qu’ayant eu une équipe médicale bienveillante, Violaine dit que « c’est toujours une souffrance de devoir faire appel à la médecine pour aider à concevoir un enfant, personne ne rêve de devoir pousser les portes d’un hôpital pour cela ». « Mon intimité est constamment livrée à une équipe médicale, j’ai l’impression de faire l’enfant non plus avec mon mari mais avec le gynéco » témoignait aussi une femme dans un article du magazine Marie-Claire. • 

 

 

Père Brice de Malherbe : « PMA : voulons-nous transgresser les limites pour répondre à la souffrance ? »

 

Prêtre du diocèse de Paris et docteur en théologie, le Père Brice de Malherbe est professeur à la Faculté Notre-Dame et co-directeur du département de recherche éthique biomédicale au Collège des Bernardins. Entretien.

 

> « Les valeurs fondamentales relatives aux techniques de procréation artificielle humaine sont au nombre de deux : la vie de l’être humain appelé à l’existence, et l’originalité de sa transmission dans le mariage » disait la Congrégation pour la doctrine de foi dans Donum vitae en 1987. Concernant ce deuxième critère, pourquoi est-il si important de ne pas séparer union sexuelle et procréation ?
 

La question est celle de la relation juste entre les adultes et les enfants, afin que chacun soit respecté dans sa personne. La PMA génère un double déséquilibre. Du côté des adultes, on hypertrophie la dimension de leur esprit et de leur désir d’enfant, et on néglige la dimension de leur corps et le fait que la relation charnelle est contournée avec la PMA. Du côté des enfants que l’on désire, on ne considère que leur réalité corporelle, vue comme d’abord des « cellules embryonnaires ». On refuse au corps embryonnaire sa dimension spirituelle.


> Pourquoi la présence des embryons dits « surnuméraires » pose-t-elle problème au regard du respect de la vie humaine ?
 

Avec les embryons dits surnuméraires, on est passé d’une logique de procréation à une logique de production. L’enfant dans son stade embryonnaire est un objet que l’on fabrique, le fruit d’une sélection, que l’on peut stocker et congeler. Le terme de « surnombre »est d’ailleurs inadéquat : on a tout fait pour provoquer des conceptions multiples, puis certains embryons sont déclarés «de trop». On sait qu’il y aurait une perte importante de toute façon – 20 à 25 % de réussite de grossesse par FIV - et l’on fait courir à l’embryon des risques disproportionnés.
 

> Que dit l’Eglise à propos du don de gamètes ?
 

Le don de gamètes suppose que l’on prévoit la naissance d’un enfant qui ne serait pas le produit de la rencontre physique et spirituelle de ses parents. Cela blesse donc l’unité du mariage.


> Quelles réponses l’Eglise apporte-t-elle à la souffrance des couples infertiles ?
 

Les réponses sont spirituelles et humaines. L’absence d’enfant fait partie des plus grandes souffrances. Mais est-ce que nous voulons transgresser les limites pour répondre à la souffrance ? Ou est-ce que nous voulons les accepter avec l’humilité du Christ pour vivre un plus grand amour ? L’Eglise propose un accompagnement spirituel (lire plus bas) pour vivre cela dans une autre manière de se donner.

 

Pour ce qui est la réponse humaine, nous sommes invités à assumer notre humanité, à accepter nos limites, à accepter de renoncer à des réponses efficaces qui seraient au détriment de nos relations humaines. Nos choix individuels ont des conséquences sur la société entière et peuvent la faire régresser ou au contraire grandir en humanité. • 

 

 

Quelques réponses à l’infertilité (suite)


La NaProTechnologie
 

Le terme NaProTechnologie (Natural Procreative Technology) a été créé par un gynécologue-obstétricien américain, le Dr Hilgers, au début des années 1990. La NaProTechnologie se définit comme une « médecine restauratrice de fertilité naturelle », le mot naturel se référant à la conception dans une union conjugale.

 

La « NaPro » permet de repérer des anomalies dans les tableaux de cycles des femmes, pouvant être causes de difficultés à concevoir, et à trouver les traitement adaptés. La fertilité de l’homme peut également être évaluée et traitée si besoin. Les premières consultations ont été rendues possibles en France en 2010 et l’on compte environ 45 instructrices francophones, en France et dans le monde.
 

Concrètement, lors d’un premier rendez-vous, le couple raconte son parcours et l’instructrice présente le modèle Creighton, qui permet de remplir un tableau de fertilité avec le système Fertility Care (également créé par le Dr Hilgers). Glaires et saignements sont observés et notés de façon standardisée et codifiée. On peut parfois d’ores et déjà repérer des anomalies : absence de glaire  ou période postovulatoire trop courte par exemple.

 

« Un couple est venu me voir après avoir fait des bilans dans un service d’AMP, raconte Juliette Chové, sage-femme et instructrice en NaProTechnologie dans son livre « Soyez féconds et multipliez-vous ». Couples infertiles : des raisons d’espérer à Sainte-Anne-d’Auray (Pierre Téqui éditeur). La conclusion du gynécologue était la suivante : infertilité inexpliquée. Comme instructrice, je pouvais déjà dire à ce couple que faute de glaire, leur infertilité n’était pas si inexpliquée que cela. » Les couples peuvent aussi être orientés vers un médecin formé à la NaProTechnologie. Le diagnostic peut être confirmé par des examens sanguins et des échographies réalisés à des moments précis en fonction de chaque cycle. 
 

« Une fois le diagnostic posé, la phase thérapeutique commence, de manière à ce que la femme ait une bonne glaire, des règles normalisées, une ovulation de qualité, et que l’homme puisse avoir un spermogramme satisfaisant » explique Juliette Chové. Les époux restent acteurs et ce sont eux qui décident d’avoir une union tel ou tel jour de fertilité. Le recueil du sperme en vue d’un spermogramme peut se faire lors d’une union conjugale. Des traitements hormonaux sur mesure permettent de soutenir l’ovulation et la phase postovulatoire. La chirurgie est parfois nécessaire, lorsque l’endométriose ou des adhérences rendent difficile une conception. Lorsqu’une grossesse s’annonce, le couple peut bénéficier d’une prise en charge pour éviter les fausses couches.
 

Malgré de nombreuses grossesses permises par la NaProTechnologie, celle-ci ne garantit pas forcément  l’arrivée d’un enfant, comme le racontent Aurélie et Nicolas : « Nous sommes suivis en NaProTechnologie depuis un peu plus de 2 ans à plus de 400 km de chez nous et malgré de nouveaux examens les résultats sont toujours les mêmes : « Vous devriez être enceinte», « J’ai vu des grossesses avec des taux bien moins bons », « Nous ne savons pas où est le problème. » »


Les médecines complémentaires
 

Outre une bonne hygiène de vie, « une aide peut être apportée par l’acupuncture, l’auriculothérapie, l’homéopathie, l’ostéopathie, qui peuvent agir sur le terrain, l’anxiété, le stress, aider au sevrage tabagique et à une régulation du cycle hormonal ou à une stimulation de la spermatogenèse » souligne Juliette Chové, ajoutant qu’il est important d’avoir recours à un praticien diplômé sérieux, éventuellement spécialisé dans les troubles de la fertilité.


L’adoption
 

Fréquemment présentée comme la solution quand « rien d’autre n’a marché », l’adoption n’est pourtant pas à envisager pour tous les couples. Il s’agit souvent aussi d’un parcours du combattant, comprenant de nombreuses enquêtes psychologiques et sociales afin d’obtenir un agrément, et de l’attente d’un enfant généralement pendant plusieurs années. Pour autant, adopter un enfant peut être aussi un beau chemin de fécondité.


L’accompagnement psychologique
 

Des traumatismes ou d’autres événements peuvent parfois faire en sorte que de manière inconsciente, la femme ne « s’autorise » pas à être enceinte. D’où le fameux exemple du couple qui reçoit un agrément pour adopter puis débute naturellement une grossesse, ayant reçu d’une certaine façon l’autorisation extérieure. Mieux vaut néanmoins éviter de parler à la femme de « blocages » ou d’inciter au « lâcher-prise », ce qui est culpabilisant pour la femme et son mari et laisse entendre que leur infertilité est de leur faute. Dans tous les cas, un accompagnement psychologique ou psychothérapeutique, ou encore l’aide d’un conseiller conjugal, peut aider à éviter la dépression ou simplement à être écouté dans son histoire.


• L’accompagnement spirituel
 

Juliette Chové propose un chemin intéressant pour les couples en espérance d’enfant, s’inspirant des personnes consacrées afin de découvrir elles aussi leur fécondité spirituelle. Il s’agit de vivre les vertus de pauvreté, de chasteté et d’obéissance dans le mariage. Il ne s’agit pas de mener une vie monastique, mais de vivre en couple une fécondité spirituelle. 
 

La pauvreté est simplement celle de ne pas avoir d’enfant, et de transformer cette absence en un don pour leur prochain, à l’image de Raoul et Madeleine Follereau, consacrés aux lépreux, ou encore du roi Baudouin et de la reine Fabiola de Belgique. La chasteté – qui n’est pas la continence mais le don de soi bien compris – donne l’occasion de purifier son désir d’enfant et de ne pas se replier sur soi.

 

Enfin l’obéissance va s’exercer par exemple dans le fait de ne pas recourir à la PMA, dans le respect du dessein de Dieu exprimé par l’Église ; l’infertilité est un temps de croissance de la foi et de confiance en Dieu. Les couples infertiles sont aussi témoins pour toute la société de ce que l’enfant est un don et non un dû. Dossier réalisé par Solange Pinilla

 

 

Prochaines propositions de l’Église pour les couples en espérance d’enfant 


7 décembre 2016 Soirée « Couples en espérance d’enfant, en parler ensemble », comme chaque mois à la Maison des Familles du 92 (Boulogne-Billancourt). La Maison des Familles de Lyon propose également des soirées sur ce thème.

9 au 11 décembre 2016  Week-end pour les couples en espérance d'enfant à Chartres (28), organisée par la mission Cana de la Communauté du Chemin Neuf.
6 janvier 2017  Soirée de partage pour les « couples en espérance d’un deuxième enfant » à la paroisse sainte Colette des Buttes-Chaumont (Paris 19e). Cette paroisse propose également une journée de rencontre trimestrielle pour les couples en espérance d’enfant. 
18 et 19 mars 2017 • Retraite pour couples en espérance d’enfant avec Notre-Dame et Saint Joseph, au Sanctuaire de l’île-Bouchard (37) animée par Amour et Vérité.
28 au 30 avril 2017  Week-end pour couples « Lorsque l’enfant ne paraît pas » à Manrèse, Centre spirituel jésuite en île-de-France à Clamart (92), animé par le Père Bruno Saintôt et Hélène et Patrick Mommessin. •


•  Et aussi : prieredesfutursparents.com 

 

 

Article paru dans Zélie n°14 (Novembre 2016)

 

Please reload

Derniers articles
Please reload

  • Facebook
  • Instagram
  • Podcast Soundcloud

© 2015-2019 By Magazine Zélie