Mathilde Cortès, pas à pas

17/9/2015

 

Cette marcheuse s’est fait connaître par le récit de son voyage de noces à pied de Paris à Jérusalem. C’est avec son mari qu’elle publie en octobre une Bibliothèque du pèlerin chez Fayard.

 

Mini-bio

 

1980 : Naissance.
Années 2000 : Engagement dans l’action humanitaire, en France, en Inde, au Burkina et au Cameroun, puis dans l’ONG Fidesco.
2007 : Mariage avec Edouard Cortès, journaliste et aventurier. Voyage de noces à pied de Paris à Jérusalem.
2008 : Parution du récit de ce périple, chez XO éditions. 50 000 exemplaires vendus.
2012 : Voyage avec leurs trois filles et un âne sur la route de Rome, depuis le Puy-en-Velay.
Actuellement : Edouard et elle montent une exploitation agricole près de Rocamadour et espèrent accueillir les pèlerins qui vont vers Rocamadour et Compostelle.
14 octobre 2015 : Parution de Bibliothèque du pèlerin (Fayard), co-écrit avec son mari.
Décembre 2015 : Naissance de son 4e enfant, après trois filles : Jeanne, Marie et Emmanuelle, âgées de 4 à 7 ans.  

 

Rencontre

 

La plus belle rencontre lors de vos marches ? Marta, une fillette serbe vivant dans une enclave protégée par l’Otan au Kosovo, qui nous a offert un de ses jouets en disant :    « Ce sera pour ton premier bébé ».

 

La pièce préférée de votre garde-robe ? Mes sandales Birkenstock, tellement confortables.

 

Maman poule ou maman cool ? Plutôt maman poule pas toujours très cool !

 

Votre plat préféré ? Salade “Caprese” : tomates (du jardin !), mozzarella, basilic et filet d’huile d’olive.

 

Le chant qui vous donne du courage ? Regarde l’étoile - chant de la Communauté de l’Emmanuel, adapté d’une hymne de saint Bernard.

 

Le meilleur souvenir de votre enfance ? La confitures de framboises de ma grand-mère.

 

Votre pire souvenir de marche ? L’entrée dans Istanbul en allant vers Jérusalem. Une journée de 60 km de marche au milieu de banlieues, rocades et voies rapides, bruit et pollution.

 

Votre langage d’amour ? Les paroles valorisantes.

 

Le prochain lieu vers lequel vous aimeriez marcher en famille ? Compostelle ! Souvent les pèlerins qui vont à Jérusalem ou à Rome sont déjà allés à Compostelle. Ce n’est pas mon cas. Ce sera une belle manière de finir le tryptique des pèlerinages majeurs de la chrétienté.

 

Votre prière favorite ? La prière d’abandon de Charles de Foucauld.

 

Votre livre de chevet ? Sagesse d’un pauvre d’Eloi Leclerc.

 

Le meilleur moment de la journée ? Le café après le déjeuner.

 

Vos auteurs favoris ? Dostoïevski et Saint-Exupéry.

 

Votre parfum ? « Dahlia Noir » de Givenchy.

 

La destination de vacances de vos rêves ? Peut-être la Cappadoce. Mais ce n’est pas tant une destination qu’une ambiance qui me fait rêver : être entourée des miens, dans un lieu calme et paisible, sans téléphone ni Internet, dans un endroit isolé en pleine nature...

 

Votre accessoire indispensable pour la marche ? Une pipette à eau pour boire tout en marchant sans avoir à poser son sac pour attraper sa gourde.

 

Le principal trait de votre caractère ? La joie.

 

Votre lieu de pélerinage favori ? Entre le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie, mon cœur balance de Rocamadour à Paray-le-Monial.

 

Votre réconfort quand vous êtes épuisée ? Les bras de mon mari.

 

Ce que vous détestez par-dessus tout ? L’hypocrisie. Et les moustiques !

 

Ce que vous voulez transmettre à vos enfants ? Des racines et des ailes.

 

Votre sortie préférée avec votre mari ? Notre déjeuner hebdomadaire dans un petit resto ou en pique-nique le jour où les enfants vont à la cantine. Et aussi ces “WE surprise” qu’on se réserve de temps à autre...

 

Votre devise ? « Avance sur ta route car elle n’existe que par ta marche. » (St Augustin). • Propos recueillis par S.P.

 

 

Article paru dans Zélie n°1 (septembre 2015). Crédit photo : (c) E. Cortès

Please reload

Derniers articles
Please reload

  • Facebook
  • Instagram
  • Podcast Soundcloud

© 2015-2019 By Magazine Zélie